Les couleurs autorisées par le standard du Staffordshire Bull Terrier sont multiples :
(Colour – Red, fawn, white, black or blue, or any one of these colors with white. Any shade of brindle or any shade of brindle with white. Black-and-tan or liver colour highly undesirable.), cependant une seule de ces couleurs fait parler, écrire, suscite l’émotion, l’interrogation.
Cette couleur c’est « le bleu », couleur comme une autre mais qui historiquement n’a jamais connu la reconnaissance des éleveurs Anglais, on ne trouve pas de Champions Anglais « bleu » et la présence de chiens bleus en exposition reste rare.
Cependant en Angleterre et maintenant en France avec le développement de la race nous rencontrons de plus en plus de Staffords bleus à la vente et bon nombre d’éleveurs, bien souvent nouveaux, se mettent à vouloir reproduire avec des chiens de cette couleur.
Pourquoi une couleur restée confidentielle pendant des années se retrouve dans la lumière ?

Pour essayer de comprendre qu’elles peuvent être les motivations voici trois éléments de réflexion:

1/ LE STANDARD

Edition de 1935

Colour. may be any shade of brindle – Black – White – Fawn or Red or any of these colors with white. Black and tan and liver not to be encouraged.

Edition de 1948

Colour – Red, fawn, white, black or blue, or any of these colors with white. Any shade of brindle or any shade of brindle with white. Black-and-tan or liver colour not to be encouraged.

Edition de 1987

Colour – Red, fawn, white, black or blue, or any one of these colors with white. Any shade of brindle or any shade of brindle with white. Black-and-tan or liver colour highly undesirable.

POINTS TO NOTE:

(1) « Blue » was not part of the Original Standard. I’ll stick my neck out and say that I think the old timers who « invented » our Breed would have considered what we call « blue » today actually « liver »!

(2) « Not to be encouraged » was changed to « highly undesirable » in 1987.

Dans la première rédaction du standard en 1935 par les pionniers de la race, la couleur bleue n’est pas mentionnée, comme le commente l’auteur de cette évolution du standard, ils considéraient que le « bleu » était une couleur diluée. Remarquez que les couleurs diluées ne sont pas encouragées jusqu’en 1948 et indésirables en 1987.
Alors pourquoi le bleu, couleur diluée, est il accepté ?
Il semble que c’est sous l’impulsion du Kennel Club que cette couleur fut imposée, malgré les contradictions qu’elle générait dans le standard. Car en effet d’autres points du standard mettent bien en avant que le bleu n’était pas une couleur retenue par les concepteurs du standard initial.

Edition de 1935

Head. Short, deep through, broad skull, very pronounced cheek muscles, distinct stop, short foreface, mouth level.

Edition de 1948

Head – Short, deep through, broad skull, very pronounced cheek muscles, distinct stop, short foreface, black nose.

Edition de 1987

Head and Skull – Short, Deep through with broad skull. Very pronounced cheek muscles, distinct stop, short foreface, black nose.

POINTS TO NOTE:

(1) The Nose had it’s own clause only in the 1935 standard

La mention sur la truffe noire apparaît en 1948 au moment ou la couleur bleue est intégrée au standard !!
Hors nous verrons plus tard que le mariage de chiens bleus a peu de chance de donner une truffe noire !!!

Edition de 1935

Eye. Dark.

Edition de 1948

Eyes – Dark preferable but may bear some relation to coat colour. Round, of medium size, and set to look straight ahead.

Edition de 1987

Eyes – Dark preferred but may bear some relation to coat colour. Round of medium size, and set to look straight ahead. Eye rims dark.

POINTS TO NOTE:

(1) In 1935 the description was simply « dark ». This was reiterated by the 1948 version but leeway appeared for allowing less-than-dark eyes in relation to the coat colour.

En 1935 la description concernant les yeux était simple, ils devaient être foncés. Cela évolue en 1948 avec la mention « en relation avec la couleur » mais cette mention avait des limites précises …

Edition de 1935

Faults. To be penalized, Dudley nose, light or pink eyes, tail too long or badly curled, badly undershot or overshot mouths.

Scale of Points. General appearance and coat condition – 15; Head – 30; Neck – 10; Body – 25; Legs and feet – 15; Tail – 5: Total = 100.

Edition de 1948

Faults – To be penalized in accordance with the severity of the fault; – light eyes or pink eye-rims. Tail too long or badly curled. Non-conformation to the limits of weight or height. Full drop and prick ears. Undershot or overshot mouths. The following faults should debar a dog from winning any prize:- Pink (Dudley) nose. Badly undershot or overshot mouth. Badly undershot – where the lower jaw protrudes to such an extent that the incisors of the lower jaw do not touch those of the upper jaw. Badly overshot – where the upper jaw protrudes to such an extent that the incisors of the upper jaw do not touch those of the lower jaw.

Edition de 1987

Faults – Any departure from the foregoing points should be considered a fault and the seriousness with which the fault should be regarded should be in exact proportion to its degree.

Note – Male animals should have two apparently normal testicles fully descended into the scrotum.

POINTS TO NOTE:

(1) The « Scale of Points » only existed in the 1935 standard.

(2) Originally only « Dudley nose, light or pink eyes, tail too long or badly curled, badly undershot or overshot mouths » were termed as « to be penalized ».

(3) In 1948 « non-conformation to the limits of weight or height. Full drop and prick ears » were added « to be penalized ». « Dudley nose » was now treated with more severity.

(4) In 1948 « in accordance with the severity of the fault » was added to « to be penalized ».

(5) « The following faults should debar a dog from winning any prize » was added in 1948 and thus made the « pink (Dudley) nose » and the « badly undershot or overshot mouth » disqualifying faults.

(6) The clause was completely changed in 1987 and did not specify any precise points for penalization or disqualification.

(7) As was consistent with all English Kennel Club Breed Standards the note about the entirety of the male was included.

On peut voir que de 1938 à 1945 les yeux clairs étaient pénalisés, ce qui veut dire que la relation avec la couleur du chien était toute relative, en effet cela s’appliquait pour les chiens fauves ou rouges qui pouvaient avoir des yeux marrons !!!

En conclusion au vu du standard et de son évolution, on voit bien que même si la couleur bleue est introduite en 1948 sous l’insistance du Kennel Club, les mentions sur la truffe et les yeux ne tolèrent pas les défauts courant chez un chien bleu, la pigmentation de la truffe souvent grise et les yeux clairs !!!
Voilà historiquement par le standard pourquoi le Staffordshire Bull Terrier de couleur bleue n’a pas trouvé sa place dans la sélection effectuée par les éleveurs.

2/ L’EXPERIENCE ANGLAISE

Voici un extrait d’une réunion du Breed Council qui est la représentation de l’ensemble des Clubs Anglais, le garant de la race, le cercle de réflexion des sages qui veillent sur la race en Angleterre. Ce texte est explicite sur le prix élevé de Staffords bleus, mais aussi sur un éventuel apport d’autres races pour produire cette couleur, les origines des chiens bleus (hormis des lignées connues), sont donc remises en cause !!!

MARCH 2006

THE STAFFORDSHIE BULL TERRIER BREED COUNCIL OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRELAND

The chairman, Patrick McGlynn opened the meeting at 11.10am. There were 11
constituent clubs present, East Anglia, East Midlands, Merseyside, Morecambe Bay and Cumbria, North
East, Northern Counties, North West, Notts and Derby, Potteries, Staffordshire Bull Terrier Club, and Southern Counties. Apologies were received from Alyn and Deeside, North of Scotland, Scottish, South Wales, Downlands and Western. Apologies were also received from the Secretary.

During the free discussion period there was some discussion as to the price that is being charged for blue Staffords, which in some cases can be up to £1800. Unfortunately there appears to be a ready market for these dogs, and the only way to attempt to counteract this overpricing is to make as much information readily available by whatever means possible to inform the public of what they should be paying. It was also felt that because of the enormous increase in the number of blues advertised perhaps a little outside influence had been put into breed in some instances to produce the blue colour. Strictly speaking Blues are a throw back of nature, and only occur occasionally from black brindle lines.

Alecs Waters “ASHSTOCK”, malheureusement décédé, faisait parti des éleveurs et des juges spécialistes, historiques du Staffordshire Bull Terrier en Angleterre, il a écrit un texte qui fait référence sur les couleurs « COLOUR CONUNDRUM IN THE U.K. » dans ce texte il insiste sur l’importance de la pigmentation chez le Staffordshire Bull Terrier.
C’est dans le livre qu’il a écrit juste avant sa mort “Staffordshire Bull Terrier” dans la collection “Best of Breed” qu’il consacre plusieurs lignes très intéressantes sur la couleur bleue :

« Another colour that seems to be extremely “fashionable” is the blue stafford and variances of blue whith withe. Although these colours are within the breed standard, they are not popular in the show ring, and so most breeders do not actively try to reproduce these colours. In essence a blue is a diluted black/brindle and often has light nails and eyes. I have rarely, if ever, seen a “good one” and indeed, I cannot think of any that regularly appear on the show circuit at this present time.
Unfortunately, there are “hobby breeders” who seem to be actively seeking to reproduce these colours purely for profit, and they are duping the unsuspecting public into paying inflated sums of money for these so-called ”rare” Staffords. I would stress that il you particularly want a blue, then you should not expect to pay any more than the average asking price, for a Kennel Club registred, heath-checked Stafford.”

En conclusion, pour les Anglais, le Staffie bleu était présent dans les lignées Black/Brindle de façon occasionnelle, par appât du gain certains ont du apporter du sang de races porteuses du gène bleu pour accentuer la production de cette couleur, hors cette couleur n’apporte pas la pigmentation nécessaire stipulée dans le standard du Stafford, ce qui fait qu’un chien de cette couleur ne vaut pas le prix que les marchands de ces Staffords « bleus » en demandent !!
Il semble donc difficile de construire les bases d’un élevage solide avec cette couleur.

3/ LA GENETIQUE DE LA ROBE

Le club CFABAS conscient des problèmes liés à la couleur bleue a organisé en 2007 une réunion avec comme intervenant Mme Alyne Brisson, spécialiste de la transmission des couleurs. Voici donc des éléments tirés de cette réunion et de son livre « Le chien de race, Conseils d’élevage & abrégé de génétique de la robe ».

– C’est la série B qui indique la couleur de base du chien
Pour le noir homozygote c’est B+ B+ , si on marie B+B+ X B+B+ = des chiots basiquement noirs.

– C’est la série D qui donnera la couleur intense ou diluée
D agit aussi bien sur l’eumélanine (noir ou chocolat) que sur la phaeomélanine (fauve)
D+ : couleurs intenses (noir, marron ou rouge, fauve)
dd : couleurs diluées ( bleu, isabelle, sable)
Ces deux gènes se combinent de trois manières différentes :
D+D+ : couleur intense
D+d : couleur intense, porteuse de dilution
dd : couleur diluée

Chien noir génotype = B+D+D+
Chien noir porteur du bleu génotype = B+D+d
Chien bleu génotype = B+dd (résultat de la dilution du noir)

Dans la dédicace que Alyne Brisson m’a gentiment faite sur son livre, elle écrit ceci : « Bleu à nez noir et yeux foncés !! Sacrée sélection à faire … »

Nous revenons toujours à la même problématique, mais cette fois ci par la science, comment une couleur diluée peut elle donner des chiens conformes au standard en terme de pigmentation, de façon exceptionnelle lors de mariages entre chiens porteurs ou entre porteur et homozygote, mais sur deux chiens dilués …

De plus il semble que les chiens bleus soient susceptibles de déclarer une alopécie scientifiquement appelée, « Color Dilution Alopecia » (CDA).

« Suivant les races, il arrive que le bleu s’accompagne d’une alopécie plus ou moins prononcée … »(Alyne Brisson)

Plusieurs textes existent en Anglais et mettent en concordance la couleur bleue et cette « Color Dilution Alopecia », j’ai trouvé un texte en Français concernant le Berger Belge et qui me semble très intéressant, en voici un extrait :
« Une recherche généalogique s’avèrera nécessaire en vue de localiser l’origine de l’apport de cet allèle récessif, tout en identifiant les lignées porteuses de « d ». L’utilité de cette cartographie est d’autant plus importante que les robes dites « bleues » sont associées à certaines prédispositions pathologiques. Des cas sont déjà signalés. Dans d’autres races, elles sont bien établies. Quelles sont-elles ? Abordons certains aspects.
Les chiens porteurs de « dd » paraissent prédisposées à une certaine forme de perte de poil (ou alopécie). « Color Dilution Alopecia » (CDA) est le terme médical le plus couramment utilisé. Le commencement de la période de perte de poils se situe entre l’âge de six mois et trois ans. La peau dans les régions affectées est généralement écailleuse et est sensible aux infections bactériennes. La cause de cette maladie n’est pas connue. Si la relation entre une pigmentation diluée et la perte de poils est certaine, certains individus y échappent. Chez le Dobermann, 50 à 80 % des chiens avec pigmentation diluée sont atteints de perte de poils.
La présence de l’allèle « d » en double dose est également responsable de la dilution de la couleur de l’iris. Cela donne à l’œil une teinte bleu-grise évoluant en fonction de l’âge ou des yeux fumés (smoky eyes). Ce n’est plus l’œil brunâtre ou foncé. L’œil bleuâtre est sans doute moins résistant à la lumière et, ce qui est plus grave, des maladies oculaires sont signalées…. » Jean-Marie Vanbutsele
Brakel, janvier 2007.
http://www.belgiandogs.org/FRgenbleu.htm
Références
– Prof. B. Denis – Les couleurs de robes chez le chien (S.C.C.) (1989)
– Prof. B. Denis – Génétique et Sélection chez le Chien (1997)
via internet :
Color Dilution Alopecia :www.italiangreyhound.org/health/cda.html Dilution : http://homepage.usask.ca/~schmutz/dilutions.html

En conclusion, la science renforce finalement toutes les réticences que la couleur bleue peut générer auprès des passionnés de la race respectueux du travail de sélection effectué depuis plus de 70 ans maintenant. De plus sans le recul nécessaire nous ne pouvons savoir si le Stafford bleu sera lui aussi touché par la « Color Dilution Alopecia », un vieux dicton dit « dans le doute, abstiens toi » …

4/ CONCLUSION

Le « bleu » est dans le standard, de temps en temps, un Stafford de cette couleur peut apparaître dans une portée, si il a la chance d’avoir une pigmentation correcte, il pourra être confirmé, sinon il sera toujours un bon chien de compagnie.

Histoire du standard, Expérience du pays d’origine du SBT et science se rejoignent finalement pour dire que la couleur bleue n’a pas un intérêt primordial pour notre race, bien au contraire à grande échelle, cette couleur pourrait avoir des conséquences néfastes, sur la pigmentation recherchée et sur la santé des chiens de cette couleur.

En ayant mis ces éléments en avant, la question reste posée sur les motivations des éleveurs qui cherchent à produire à tout prix des Staffords bleus, ou à les intégrer dans des programmes d’élevage.

Comme dans toutes les races à la mode, il y aura toujours des personnes opportunistes pour essayer de tirer profit de la situation. Pour ce faire certains sont même allés chercher dans le standard du Staffordshire Bull Terrier une couleur jusqu’a présent confidentielle.
Recherchant une rentabilité maximum ils n’hésitent d’ailleurs pas à vendre les chiots de cette couleur à des prix prohibitifs, en oubliant de dire que cette couleur si elle était si peu diffusée, c’est qu’elle n’était pas recherchée !!

L’objectif, vous l’aurez bien compris, n’est donc pas de produire de bons Staffordshire Bull Terrier conformes à la race mais bien d’en tirer un profit économique !!

Il est désolant pour le Staffordshire Bull Terrier, de constater qu’en France, au mépris de ce que les Anglais ont voulu éviter depuis des décennies, certains par appât du gain se mettent à produire des chiens bleus.
On n’a pas attendu les Français, qui découvrent la race depuis moins de 10 ans, pour vérifier en Angleterre que le bleu n’avait pas d’intérêt pour la race, même présent dans le standard.

L’acheteur doit lui aussi se responsabiliser, si il choisit un Staffordshire Bull Terrier, c’est qu’il a avant appris à connaître et à aimer cette race, on n’achète pas un chien comme un meuble, pour son style ou sa couleur. J’espère que cet article permettra aux futurs acquéreurs de faire le bon choix pour l’avenir de la race et ainsi éloignera du Staffordshire Bull Terrier les marchands de chiens pour laisser les passionnés préserver cette fabuleuse race.

Christophe,
planete-staffie.com